Le réchauffement climatique se fait aussi ressentir dans le pays voironnais. Pour la première fois, l’orchidée Himantoglossum robertianum a été observé dans le parc du château de Voreppe. L’aire de répartition de cette espèce calcicole est l’aire méditerranéenne. Avec le réchauffement climatique, cette orchidée remonte progressivement le long du couloir rhodanien. Quelques pieds sont même observés en Bretagne au bord de l’Atlantique. Des plants sont connus depuis quelques années à Grenoble. L’année dernière j’ai découvert un pied sur Fontaine et cette année sur Voreppe.

Himantoglossum robertianum (Loisel.) P.Delforge, 1999, alias Orchis géant, Orchis à longues bractées ou encore Barlie, tient son nom de Loiseleur qui l’a donné en hommage à Gaspard Nicolas Robert, botaniste toulonnais.  Cette espèce est la plus précoce des orchidées. Elles fleurissent de janvier à avril. A Voreppe, elle commence sa floraison à mi-mars. Il est facile de la reconnaitre. Il n’y a pas de confusion possible. La plante vivace  de 20-50 cm est glabre et robuste.  Ses fleurs roses pourpres et verdâtre, réparti en en épi ample et serré, sont grandes et ont une odeur d’Iris. Le labelle, rose à violet, est allongé de grande taille (souvent 2 cm), à lobe central bifide, dont deux lobes latéraux linéaires semblables à des bras incurvés vers l’intérieur. Les graines des orchidées sont minuscules et dépourvues de réserve énergétique, ce qui facilite la dissémination par anémochorie. La légèreté des graines leurs permettent de voyager loin avant que l’humidité ou la pluie ne les plaque au sol, ce qui peut expliquer la propagation rapide de l’espèce et son arrivé à Voreppe.

BarliaIsèreHERBAgraphie

Leave A Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam